Chaires, centres et groupes de recherche

L’École de relations industrielles (ÉRI) entretient des liens étroits avec des instances de recherche de grande réputation, certaines logées au sein même de l’École. Ces liens se concrétisent par une forte intensité en recherche, l'attraction de chercheurs internationaux pour de courts ou de longs séjours, des possibilités d’échanges (étudiants et professeurs), des séminaires spécialisés et des colloques nationaux ou internationaux dans tous les domaines du travail et de l’emploi.

La Chaire de recherche du Canada sur la mondialisation et le travail

Gregor Murray, professeur à l'École de relations industrielles, est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la mondialisation et le travail. Cette chaire, située à même l’ÉRI, cherche à comprendre les conséquences de la mondialisation sur le monde du travail. Elle vise aussi à permettre le renouvellement des institutions et des pratiques susceptibles d'améliorer le monde du travail dans un tel contexte.

En savoir plus

Le Centre de recherche interuniversitaire sur la mondialisation et le travail (CRIMT)

Depuis 2002, l'École de relations industrielles abrite le Centre de recherche interuniversitaire sur la mondialisation et le travail. Le directeur de l’ÉRI et plusieurs de ses professeurs en sont membres, de même que plus de 60 autres professeurs issus de différentes universités canadiennes, américaines, sud-américaines, européennes et australiennes. Le CRIMT est dirigé par Gregor Murray, professeur à l'École de relations industrielles.

La problématique générale étudiée au CRIMT émane du constat de profondes transformations économiques et sociales à l'échelle planétaire. La mondialisation, l'émergence de nouveaux modèles de production au sein des entreprises et le réaménagement des institutions régulant le travail constituent autant de facteurs qui conditionnent désormais l'ensemble des développements et des phénomènes observés sur le marché du travail et au sein des entreprises.

Les recherches au CRIMT s'articulent autour de 3 thèmes principaux :

  • les conséquences des nouveaux modèles de production sur les rapports sociaux dans l'entreprise;
  • les modes de représentation des salariés, le syndicalisme et la négociation collective;
  • les mutations dans la régulation économique et étatique de l'emploi.

Les transformations économiques et sociales en cours retiennent non seulement l'attention des chercheurs, mais préoccupent également au plus haut point les gestionnaires, les organisations syndicales et les décideurs responsables de l'élaboration des politiques publiques en matière de travail.

En savoir plus

L’Équipe de recherche sur le travail et la santé mentale (ERTSM)

L’ERTSM regroupe des chercheurs de l’ÉRI et de plusieurs autres universités québécoises et canadiennes. Elle réalise des travaux regroupés autour de 2 axes de recherche :

  • l’épidémiologie sociale des problèmes de détresse psychologique, d’abus d’alcool et de consommation de médicaments psychotropes de la population active;
  • la prévention et l’intervention visant la résolution de problème de santé mentale reliée au travail.

En savoir plus

Centre d'études ethniques des universités montréalaises

Le Centre d’études ethniques des universités montréalaises (CEETUM) est un regroupement stratégique soutenu par le Fonds de recherche sur la société et la culture (FRQ-SC). Il s’agit d’un centre de recherche interuniversitaire et pluridisciplinaire qui regroupe des chercheurs provenant de sept institutions universitaires, spécialisés dans l’étude des relations ethniques au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde par la participation à des projets ou réseaux internationaux, dont Marie-Thérèse Chicha, professeure titulaire à l'ERI.

Le CEETUM intègre aussi des membres provenant d’autres organismes gouvernementaux ou des milieux de pratique. Ce regroupement relève de quatre universités partenaires: l’Université de Montréal, qui assure la gestion du Centre, l’Université du Québec à Montréal, l’Université de Sherbrooke et l’Institut national de la recherche scientifique.

La perspective théorique qui définit le programme de recherche du CEETUM permet d’aborder la persistance de l’ethnicité, sous ses divers marqueurs, comme facteur explicatif des inégalités ou comme ressort de mobilisation qui génèrent des débats importants sur les modèles de citoyenneté à privilégier. Il se caractérise par une double vocation, à la fois de rapprochement «recherche-société» et d’«internationalisation» de la recherche.

En savoir plus

Autres centres et équipes de recherche

Les professeurs de l'École de relations industrielles sont membres ou collaborent aussi avec d'autres groupes de recherche tels que le Centre canadien d’études allemandes et européennes, le Centre de recherche en droit public, le Centre Métropolis du Québec – Immigration et métropole , le CIRANO, etc.