Passer au contenu

/ École de relations industrielles

Je donne

Rechercher

Navigation secondaire

Témoignages des récipiendaires des bourses – 2020-2021

Bourse Marcel-Pepin – Confédération des syndicats nationaux (CSN)

Florence Blain

Maîtrise

C’est avec grande fierté que je suis récipiendaire de la bourse Marcel-Pépin offerte par la CSN. Je suis très reconnaissante et honorée de bénéficier de ce soutien financier pendant la rédaction de mon mémoire. Mon travail de recherche porte sur les effets de la disponibilité de la main-d’œuvre sur les relations de travail en milieu syndiqué et la vie syndicale. Il s’agit d’un sujet peu étudié qui se démarque par sa pertinence et son originalité. L’obtention de cette bourse m’aidera certainement à atteindre mes objectifs de recherche et contribuera ainsi à mieux comprendre le rôle joué par les pénuries et les surplus de main-d’œuvre dans la dynamique de la relation patronale-syndicale, la négociation collective, les conditions de travail et la vie syndicale. Je tiens à remercier sincèrement la CSN et l’École de relations industrielles pour l’attribution de cette bourse ainsi que mon directeur de recherche, M. Patrice Jalette, pour son grand soutien.

Bourse Louis-Laberge – Fonds de solidarité FTQ

Komi Viagbo

Doctorat

Je suis fier et honoré d’être l’heureux récipiendaire de la bourse FTQ – Louis Laberge 2021. Il s’agit d’une belle reconnaissance de ma recherche doctorale et d’un bon coup de pouce pour le financement de mon premier séjour de recherche que j’envisage très prochainement au Ghana et en Côte d’Ivoire. Merci au Fonds de solidarité FTQ et au jury de sélection. Ma recherche tire son inspiration de ma dizaine d’années d’expériences dans le contrôle, la recherche et l’implantation de politiques publiques du travail en contexte ouest africain, et de mes séminaires de maîtrise et de doctorat à l’école de relations industrielles sur la tendance mondiale des multinationales à opter pour des pratiques néolibérales de flexibilisation de l’emploi. Ces pratiques, en contexte d’économie dualiste, rapprochent les emplois de l’économie formelle des caractéristiques généralement associés aux emplois de l’économie informelle. J’étudie les pratiques d’entreprises qui participent à l’informalisation de l’emploi dans les mines ouest africaines. Je m’appuie sur les cas du Ghana et de la Côte d’Ivoire pour comprendre les variables qui peuvent expliquer les réponses variées ou communes des syndicats, gouvernements et entreprises à l’égard de ces pratiques. Grand merci à mon directeur de thèse, Ian MacDonald qui m’accompagne dans ce projet.

Bourse Diane-Lavallée – Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ)

Guillaume Lesage-Landry

Maîtrise

Recevoir la bourse Diane-Lavallée de la FIQ est pour moi un grand honneur, mais plus encore, un signe d’encouragement et de confiance en mon sujet de recherche. Lorsque j’ai entamé ma maîtrise, j’ai voulu approfondir les connaissances sur la santé mentale au travail en espérant venir aider les travailleurs et rendre les milieux de travail plus écologiques et sains, humainement parlant. Ce projet de recherche me tient énormément à cœur, l’étude des troubles de santé mentale au travail lors de mon baccalauréat en psychologie et sociologie, m’a poussé à me spécialiser dans les relations de travail, plus spécifiquement, dans la prévention des risques psychosociaux dans les milieux de travail, grâce à ma maitrise en relation industrielle.

La hausse dénotée des troubles de santé mentale au travail a été pour moi un élément important dans mon choix de sujet de recherche. Considérant les travaux antérieurs sur le sujet, assez muets en outre quant aux contributions du syndicalisme à ce chapitre, il me semble primordial d’accentuer les recherches dans cette perspective afin d’apporter, un jour, des solutions adéquates et efficaces à l’égard des troubles de santé mentale au travail, une vision qui est partagée par la FIQ. Je souhaite donc remercier de tout mon cœur la FIQ pour cette fabuleuse bourse et surtout pour leur appui. Je désire, par la même occasion, remercier ma directrice de recherche, Mélanie Dufour-Poirier, pour son aide et son dévouement à mon projet de recherche. Je tiens aussi à remercie l’École de relations industrielles pour cette bourse, ainsi que l’ensemble des participants à mon projet de recherche qui m’ont permis d’étudier en profondeur un sujet qui me passionne.

Bourse offerte par le cabinet Melançon, Marceau, Grenier et Cohen

Joannie Lamontagne

Maîtrise

Je suis très heureuse d’être récipiendaire de la Bourse Melançon, Marceau, Grenier et Cohen de l’École de relations industrielles. Il s’agit d’une belle reconnaissance et d’une source de motivation pour la deuxième moitié de mon parcours à la maîtrise consacrée à la rédaction de mon mémoire. À cet égard, ce dernier portera, plus particulièrement, sur « la notion juridique d’employeur et les plateformes numériques de travail: les réponses en droit comparé sont-elles valables pour le Québec? » Essentiellement, l’objectif de cette recherche est de mettre en lumière le phénomène des plateformes numériques d’un point de vue du droit du travail afin de mieux comprendre leur fonctionnement, l’organisation du travail de celles-ci et de déterminer si les concepts juridiques actuels sont adaptés à ce nouveau modèle économique. Ainsi, l’attribution de cette bourse dédiée me démontre que mes pairs sont intéressés, d’une part, à en savoir davantage sur mon projet de recherche et, d’autre part, par ces conclusions. Cela me rend très fière! Enfin, un énorme merci au cabinet Melançon, Marceau, Grenier et Cohen pour ce soutien qui encourage la recherche en droit du travail.

Bourse offerte par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale

Éloïse Guindon

Maîtrise

C’est un véritablement honneur de recevoir la Bourse du Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale. Cette reconnaissance joue un rôle important dans mon parcours universitaire en soulignant mon travail et en renforçant encore davantage l’intérêt de mon mémoire pour l’avancement des connaissances dans le domaine.

Ma recherche, qui porte sur les liens entre les composantes de rémunération intangible et le roulement volontaire dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) au Canada, permet de comparer différentes composantes de rémunération intangible avec le roulement organisationnel, et ce, au sein d’une seule et même étude. Il est également pertinent de s’intéresser à ce sujet puisque, d’une part, le secteur des TIC au Canada est un secteur dominant qui connait toutefois un haut taux de roulement et d’autre part, puisque le roulement organisationnel est peu étudié dans la littérature, en comparaison au roulement individuel. Cette Bourse dédiée de l’École des Relations Industrielles me permet de clore mon cheminement au deuxième cycle avec motivation et fierté.

Bourse offerte par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST)

Delia Andreea Lumperdean

Maîtrise

Recevoir la bourse de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) est un grand honneur. Ma passion pour la santé et la sécurité au travail remonte à mes études collégiales, avec la technique en hygiène, environnement et santé et sécurité du travail, et cela continue même à la maîtrise en relations industrielles ayant choisi le parcours optionnel SST. Je me sens très valorisée d’avoir été choisie pour représenter un prix de distinction grâce à un sujet de recherche qui me tient tant à cœur. Cette bourse décernée par l’École de relations industrielles représente pour moi un grand encouragement pour la continuation de ma recherche sur la perception du risque des éleveurs de porcs et les pratiques sécuritaires adoptées en temps de pandémie, mais aussi une preuve d'écoute envers une population névralgique.

Avec la pandémie, il est sorti en évidence, plus que jamais, que les agriculteurs sont des travailleurs extrêmement essentiels qui sont en même temps reconnus pour être à risque sur le plan de la santé, de la sécurité du travail et du mieux-être. Cette bourse appuie le besoin de comprendre si ces travailleurs ont reçu les outils et les connaissances nécessaires qui leur ont permis d’adopter des pratiques sécuritaires adéquates à leur réalité. Je remercie grandement la CNESST et l’École de relations industrielles.

Bourse offerte par la Centrale des syndicats du Québec (CSQ)

Pauline Garneau

Maîtrise

Je tiens à remercier grandement la Centrale des syndicats du Québec pour ma bourse. Je suis plus que ravie de la recevoir. Mon mémoire s’intitule « Étude de l’effet modérateur du soutien social hors-travail sur la relation entre l’engagement organisationnel de type calculé et la détresse psychologique », dirigé par l’excellent Alain Marchand. L’objectif de cette recherche exploratoire est d’encourager la mise en œuvre de mesures de prévention novatrices à la détresse psychologique en milieu de travail, ajoutant une dimension extérieure qu’est le réseau social de l’individu. Cette dimension est d’autant plus pertinente actuellement, par l’augmentation massive du télétravail qui multiplie les relations du travailleur avec son réseau social et la hausse considérable de la détresse psychologique au Québec. Je suis très enthousiaste à l’idée de compléter mon mémoire et d’autant plus étant lauréate de la bourse offerte par la CSQ.

Bourse d’excellence BUI DOAN NGUYEN

Jeanne Toison

Maîtrise

Etudiante à la maîtrise en relations industrielles, j’ai l’honneur de recevoir la bourse BUI DOAN NGUYEN. Cette bourse, créée par Monsieur Phong Nguyen, me permet de me concentrer sur la rédaction de mon mémoire et m’y consacrer à temps plein. Outre l’aspect financier qui m'est d'une grande aide, elle est également une très belle marque de reconnaissance venant récompenser mon dossier académique et mon projet de mémoire.

Je suis par ailleurs très motivée par mon mémoire qui porte sur l’impact de la culture organisationnelle sur le profil égomaniaque. L’ergomanie est un phénomène sous-tendant une addiction au travail et définie par le fait de travailler de longues heures et d’être sur-engagé dans son travail. Ce phénomène, peu étudié à l’aide d’études empiriques, peut s’avérer nocif pour les employés et leur santé et pour les organisations. Mon mémoire s’intéresse particulièrement à l’ergomanie toxique qui va mener à l’épuisement professionnel. J’espère que les résultats qui ressortiront de ma recherche permettront une meilleure prévention des phénomènes de sur travail et des conduites addictives qu’ils peuvent engendrer en entreprise.